UN MESSAGE DU PRÉSIDENT -ÉCHANGE COURRIEL AVEC UN MEMBRE PRÉOCCUPÉ

Chers membres,

Je reçois nombreux courriels de la part de membres venant de toutes les bases, et souvent ces commentaires ou questions se répètent, avec des questions similaires, traitant du même sujet venant de nombreux individus différents.

Un sujet qui revient souvent est Rouge. Malgré le fait que nous avons déjà émis nombreuses communications, vidéos et webinaires à ce sujet, je reçois encore des douzaines de courriels à tous les mois venant de membres qui veulent comprendre pourquoi notre syndicat n’arrête pas de représenter Rouge, pourquoi le syndicat permet l’existence de Rouge, ou pourquoi Rouge a pu voter sur la convention collective.

J’ai dernièrement reçu un courriel à ce sujet d’un membre préoccupé, à qui j’ai fourni une réponse très détaillée. Après avoir lu ma réponse, le membre a suggéré que je partage ma réponse avec tous les membres. Avec leur permission, j’ai décidé d’adopter cette suggestion.

Ci-dessous vous verrez l’échange courriel en question; j’ai décidé de le partager avec vous tous en espérant que ma (longue) réponse aidera a clarifier la confusion persistante à ce sujet. J’ai enlevé le nom du membre ayant écrit le courriel, mais le message demeure intact. À la toute fin de ma réponse, vous pourrez voir la réplique du membre à mon explication, ainsi que leur suggestion que je partage ce texte avec vous.

Il s’agit d’une bien longue réponse (désolé en avance), mais celle-ci contient beaucoup d’information extrêmement importante que nous devons tous bien comprendre, en espérant que cette information peut aider à finalement mitiger une bonne partie de la désinformation à ce sujet. Alors SVP prenez quelques minutes de votre journée occupée et lisez l’échange ci-dessous.

Solidairement,

 

Michel Cournoyer

Président, Composante d’Air Canada du SCFP

 

———

 

Courriel reçu de la part d’un membre préoccupé le 29 septembre, 2016

J’aimerais que tu expliques la légalité d’avoir un  unique syndicat pour représenter deux factions opposées. Un groupe paie d’avantage de cotisations syndicales beaucoup plus élevées et perd des emplois et son potentiel de revenu à l’autre groupe et il s’agit d’un énorme conflit d’intéret. C’est probablement aussi illégal. Le groupe d’agents de bord du transporteur principal est extrêmement dérangé et insatisfait par ceci mais vous continuez d’ignorer nos préoccupations et continuez de représenter Rouge seulement pour remplir le coffre du syndicat. Les agents de bord du transporteur principal paient des cotisations syndicales depuis la création du syndicat mais vous continuez d’ignorer nos appels d’arrêter de représenter Rouge.

Un certain membre du syndicat m’a dit que ce ne sont pas les agents de bord qui paient ton salaire, mais c’est la compagnie. Ce type d’ignorance est intolérable. La compagnie paie les représentants syndicaux de la part des contributions des membres. SVP éduque tes officiers et arrête de représenter Rouge. L’option qu’ont les membres de pouvoir transférer entre Rouge et le transporteur principal n’avantage que les agents de bord juniors. Nous ne voulons pas supporter cette hypocrisie, et nous ne voulons pas que les mêmes personnes négocient pour le transporteur principal ainsi que Rouge. Mais tu refuses d’écouter les membres ayant supporté le syndicat depuis le premier jour.

-    Envoyé par Un Membre Préoccupé

 

———

 

Ma réponse, envoyée le 4 octobre 2016

Bonjour (NOM SOUTIRÉ),

Alors, où devrais-je commencer. Tu sais, je reçois un courriel avec une version de cette question environ une ou deux fois par semaine. Et malgré le fait que je suis habitué à voir cette question écrite d’une manière ou d’une autre, honnêtement, je ne suis pas certain pourquoi les membres demeurent confus à propos de ce sujet. En toute vérité, ta question est l’exemple parfait démontrant à quel point tellement de nos membres demeurent dans l’obscurité vis-à-vis la structure de leur syndicat.

Je crois que ceci est causé par beaucoup de rumeurs, fausses informations et demi-vérités de longue date qui continuent à circuler dans notre communauté. Je ne te mentirai pas - il est bien frustrant lorsque je vois ces rumeurs réapparaitre constamment. Peu importe le nombre de bulletins, vidéos, webinaires et diffusions sur les médias sociaux émises par le syndicat pour expliquer cette affaire, il demeure encore tellement de personnes qui croient que Rouge et le transporteur principal sont des entités séparées, avec des contrats différents. Que ça soit dû au fait qu’environ la moitié de nos membres (selon nos statistiques Mailchimp) ne lisent pas les bulletins que nous émettons de manière routinière pour informer et éduquer les membres, ou parce qu’il y a des douzaines d’individus très politiquement motivés qui continuent de propager ce genre de propagande via Facebook (et probablement à bord des avions aussi), je ne le sais pas.

Je comprends par contre ce qui motive cette réaction, et je suis convaincu que tes intentions étaient nobles lorsque tu m’as écrit ce courriel. Tu te préoccupes de ton milieu de travail, tes conditions d’emploi et ton transporteur aérien, et tu t’inquiètes à propos de Rouge, tout comme la majorité des agents de bord du transporteur principal s’inquiètent depuis des années déjà. Il n’y a vraiment aucune honte à avouer que la majorité des agents de bord du transporteur principal auraient voulu qu’Air Canada ne créée jamais un transporteur à faibles couts. Nous rêvons qu’une solution aurait pu être trouvée pour prévenir cette réalité, même si le syndicat n’avait aucun recours pour empêcher AC de démarrer Rouge. Nous aurions aimé qu’une loi, un processus, un contrat ou un précédent légal aurait obligé la compagnie de tout simplement unir tous les membres d’équipage, Rouge et le transporteur principal, ainsi que les destinations, et que tout aurait fonctionné selon nos séniorités à travers le réseau. Et avec le passage des mois et des années, nous voyons Rouge qui reçoit des belles nouvelles destinations que l’on croit aurait dû aller au transporteur principal (peu importe comment le transporteur principal prend lui aussi de l’expansion), et cela nous fait mal. Je suis un directeur de bord au transporteur principal, affecté à Toronto. Alors je comprends bien. Je comprends les émotions qui se trouvent dans ton courriel.

Ce que j’essaie de dire c’est ceci: ce que tu demandes dans ton courriel, ou plutôt l’information à l’origine de tes assomptions est tout simplement fausse. Je dois complètement décomposer ton message pour essayer de t’éclaircir à ce sujet, en espérant t’aider à mieux comprendre. Alors allons-y.

 

1- Tu écris: ‘J’aimerais que tu expliques la légalité d’avoir un  unique syndicat pour représenter deux factions opposées’.

J’ai adressé ceci à nombreuses reprises, dans plusieurs contextes différents. Mais j’essaie à nouveau. Air Canada Rouge représente une partie de l’unique convention collective de la composante d’Air Canada du SCFP, même si ce document contient une section spécifique énumérant les particularités des vols opérés par Rouge. Ceci a tout été déterminé lorsque Rouge a été originalement créé, avant même que je ne sois impliqué avec la Composante - c’était la structure dès le début. Air Canada aurait probablement été bi
en heureuse si Rouge et le Transporteur Principal auraient été séparés, structurés en deux syndicats - ça aurait représenté une grande victoire pour la compagnie, et nous aurait rendu beaucoup plus difficile la tâche de protéger nos emplois et la croissance au transporteur principal si Rouge aurait été indépendant. Alors nous avons vraiment gagné beaucoup ici.

Alors comme je dis, Rouge et le transporteur principal, nous ne sommes pas deux factions opposées, peu importe le niveau de frustration qu’il peut exister entre les deux groupes. C’est un peu comme lorsqu’une base peut parfois être frustrée quand une autre base reçoit ‘tous les bons vols’. Comme si plusieurs escales à Paris étaient soudainement envoyés à Toronto. YUL serait offusqué, et les membres me demandaient par courriel de ‘réparer’ ce problème. Mais personne à YUL ne me demanderait d’arrêter de représenter les membres de YYZ, parce qu’ils comprennent que je ne peux pas le faire, peu importe à quel point il peut être frustrant de voir des vols passer d’un groupe envers l’autre.

La réalité, c’est que Rouge est une section locale, tout comme YUL, YYZ, YYC ou YVR. Alors personne au syndicat n’a l’autorité ‘d’arrêter’ de les représenter. C’est impossible, peu importe qui sera élu au syndicat, peu importe ce que les gens peuvent dire sur Facebook. Toutes les bases différentes (ou sections locales, incluant Rouge), structurellement et légalement-parlant, nous sommes tous considérés comme étant un syndicat, une convention collective, un groupe d’employés, un vote. Ceci n’est pas ma décision, ou mon opinion. C’est la réalité légale de notre structure. Malgré ce que certaines personnes continuent de promouvoir sur Facebook, Rouge n’est PAS un syndicat séparé, ils n’ont pas voté sur le transporteur principal, et le transporteur principal n’a pas voté sur Rouge, parce que contractuellement, ces catégories séparées n’existent tout simplement pas - nous avons tous voté ensemble sur l’unique et seule convention collective, sans distinction de qui travaille où. Notre syndicat est comme une pieuvre - la composante est la tête, et ensuite nous avons cinq tentacules: les sections locales de Toronto, Montréal, Calgary, Vancouver et Rouge.

Essentiellement, il n’y a AUCUNE option pour séparer Rouge du reste du syndicat. Personne ne peut accomplir ceci, peu importe l’intention. Et toute personne travaillant au syndicat a un devoir de juste représentation envers tous les membres, de toutes nos sections locales, incluant Rouge. Nous sommes obligés et avons le devoir absolu de représenter tous les membres. Ce n’est pas une décision.

 

2- Tu écris: ‘Un groupe paie d’avantage de cotisations syndicales beaucoup plus élevées et perd des emplois et son potentiel de revenu à l’autre groupe et il s’agit d’un énorme conflit d’intéret. C’est probablement aussi illégal. Le groupe d’agents de bord du transporteur principal est extrêmement dérangé et insatisfait par ceci mais vous continuez d’ignorer nos préoccupations et continuez de représenter Rouge seulement pour remplir le coffre du syndicat. Les agents de bord du transporteur principal paient des cotisations syndicales depuis la création du syndicat mais vous continuez d’ignorer nos appels d’arrêter de représenter Rouge.’

Nous payons tous des cotisations syndicales, et il s’agit d’un pourcentage de notre salaire. Ça a toujours été ainsi, et c’est comment ça fonctionne dans presque tous les syndicats qui existent. Si tu gagnes un salaire inférieur, comme si tu es junior, tu paies moins, parce que le pourcentage d’un chiffre bas sera toujours moins que le pourcentage d’un chiffre élevé. Alors oui, les séniors paient plus en cotisations syndicales que les juniors, parce qu’ils gagnent plus d’argent. Les séniors ont aussi des déductions plus élevées pour leur régime de retraite, pour WIP, pour les impôts sur le salaire, et oui, pour les cotisation syndicales. Alors un groupe ne paie pas ‘d’avantage de cotisations syndicales’ - nous payons tous exactement le même pourcentage.

Le transporteur principal ne perd pas d’emplois - nous n’avons eu aucune mise à pied, et notre nouvelle convention collective protege le transporteur principal des mises à pied d’une manière que nous n’avons jamais connu auparavent. Nos emplois sont nettement mieux protégés maintenant que dans le passé. Notre sécurité d’emploi contractuelle n’a aucun précédent dans l’industrie globale de l’aviation, et c’est quelque chose dont nous sommes extrêmement fiers d’avoir obtenu lors de la négociation collective, car il s’agissait de la priorité première des membres, soumise au comité de négociation. Est-ce que tu te souviens lorsque tout le monde parlait de leurs plans B, parce que tous pensaient que tout aller être transféré à Rouge? Et bien ceci n’est plus une possibilité. Il n’y aura pas de pertes d’emploi au transporteur principal envers Rouge comme nous avons témoigné chez Quantas et Jetstar, parce que nous avons obtenu des garanties contre cette probabilité lors des négociations. Ton salaire et ta séniorité est protégée d’un tel scénario, aussi improbable que ce scénario soit maintenant. Aussi, si Rouge aurait été considéré un syndicat et un groupe d’employés séparé du transporteur principal, comme c’est la situation avec Air Canada Express par exemple, alors nous n’aurions eu rien à dire, aucune influence, aucune séniorité jumelée, et aucune protection. Une autre grande victoire que nous avons tous obtenu lors de la négociation collective.

Alors peu importe ce que certaines personnes persistent à croire, et à quel point certains d’entre nous peuvent être inconfortables vis-à-vis notre structure, il n’y a aucun conflit d’intérêt, et il n’y a rien qui est ‘probablement illégal’. Est-ce que notre structure est un peu étrange? Certainement. Mais légalement-parlant, il s’agit de pratiquement le meilleur scénario possible parmi un très grand nombre de scénarios nettement pires qui auraient pu résulter de la création de Rouge.

Et par rapport à ‘remplir les coffres du syndicat’ - notre syndicat est une organisation à but non lucrative. Nous ne sommes pas permis de faire un profit, ou d’accumuler des richesses. Tu peux vérifier tout ceci avec les secrétaires-trésoriers à ta section locale ou à la composante, ou avec les fiduciaires qui vérifient nos dépenses. Ce qui appartient au syndicat appartient aux membres. C’est exact, tu es l’un des propriétaires de ton syndicat. Le coffre dont tu mentionnes, bien, c’est ton coffre.

 

3- Tu écris: ‘Un certain membre du syndicat m’a dit que ce ne sont pas les agents de bord qui paient ton salaire, mais c’est la compagnie. Ce type d’ignorance est intolérable. La compagnie paie les représentants syndicaux de la part des contributions des membres’.

Tu as partiellement raison, mais il semblerait que tu est d’opinion qu’il se passe quelque chose d’infâme. La réalité est que notre convention collective contient une clause garantissant les libérations syndicales pour plusieurs postes syndicaux, à la composante comme aux sections locales. Ceci a été négocié il y a très, très longtemps, bien avant mon temps. Malgré ce que tu puisses penser, il s’agit d’une bone chose. Les libérations syndicales des officiers syndicaux à temps plein coutent beaucoup d’argent, et si le syndicat devait défrayer le cout de celles-ci par le biais des cotisations syndicales de nos membres, nous serions égorgés financièrement, ou devrions faire des augmentations importantes aux cotisations syndicales pour couvrir cette dépense additionnelle. Com
me pour tout ce qui se trouve dans notre convention collective, il s’agit d’un gain, quelque chose que la compagnie accepte de nous accorder (comme des libérations syndicales pour les représentants de Santé & Sécurité, ou SPP, ou notre allocation annuelle pour s’acheter des souliers), que nous avons négocié et obtenu.

Mais la compagnie ne paie PAS les représentants syndicaux des contributions venant des membres. La compagnie est contractuellement obligée d’accorder des libérations syndicales à un nombre d’officiers syndicaux et de membres de certains comités sans que le syndicat ait à payer ces libérations de sa poche. Crois moi, la compagnie préférerait ne pas avoir à payer ces libérations syndicales. Alors c’est un gain pour nous tous, un gain important qui existe depuis des décennies.

 

4- Tu écris: ‘SVP éduque tes officiers et arrête de représenter Rouge.’

Regarde-bien ma réponse à #1. Je suis désolé, mais nous ne pouvons pas arrêter de représenter Rouge. On ne peut pas, c’est tout simplement impossible, ça n’arrivera jamais, sauf si la compagnie décide un jour d’abandonner Rouge, et si c’était le cas nos membres de Rouge seraient incorporés au transporteur principal, selon leur séniorité (oui, un autre gain venant de notre dernière ronde de négociation collective). Si toi, personnellement, tu fais campagne pour être présidente de la composante aux prochaines élections, avec l’opinion que si tu gagnais tu arrêterais de représenter Rouge, je te promets, ça n’arrivera jamais. C’est illégal. Tu ne pourrais pas le faire. Et même si tu essayais, alors toi ou le syndicat pourraient subir une poursuite légale, tu pourrais être démis de tes fonctions, mis sous administration, ou autre chose d’également terrible. Encore une fois, il n’y a rien que personne ne puisse faire pour séparer Rouge de la composante d’Air Canada du SCFP. Il faut que l’on arrête de penser que cette possibilité existe.

 

5- Tu écris: ‘L’option qu’ont les membres de pouvoir transférer entre Rouge et le transporteur principal n’avantage que les agents de bord juniors.’

D’accord, je suppose que c’est surtout vrai. Les juniors vont tirer plus d’avantages du nouveau système de transfert que les séniors. Tout comme nos membres juniors vont particulièrement bénéficier de l’augmentation du MMG de la réserve de 70 à 75 heures par mois, que nous avons obtenu en négociations l’année dernière. Notre convention collective est remplie d’items et de gains qui vont parfois avantager les juniors, parfois les séniors, et parfois représenter un bénéfice pour tous (comme les dépenses de repas payées), tout dépendant des horaires, de la séniorité, des préférences personnelles, etc. Le système de transfert représente un gain parmi un très grand nombre d’autres gains dans notre convention collective. Le système d’échange de vols à venir va probablement bénéficier les séniors plutôt que les juniors à cette étape, parce que lorsqu’il sera amorcé, les membres en réserve n’en tireront pas vraiment de bénéfice. Meme chose pour la banque de crédits de vol, ou l’amélioration du calcul de notre régime de retraite. Les séniors vont aussi d’avantage bénéficier du montant de $5,000 que nous avons tous reçus, car n’importe qui faisant leurs meilleures trois années verront ce montant augmenter leur paiements mensuels de pension lorsqu’ils prendront leur retraite. Si tu aimerais décomposer toute la convention collective pour voir quels items bénéficieront les juniors plutôt que les séniors (ou vice-versa), vas-y, c’est vraiment un bon exercise. Je suis d’ailleurs très fier que nous avons une convention collective possédant des améliorations importantes pour les membres de tous niveaux de séniorité.

Aussi, si tu y penses, d’une manière le système de transfert avantage tout le monde, car celui-ci aide à officialiser notre liste de séniorité à travers le réseau entre Rouge et le transporteur principal, qui reconnaît donc le moment où nous avons été embauchés chez Air Canada. Alors si dans le futur nous éprouvons des difficultés économiques sévères et des mises à pied dans un groupe ou dans l’autre, nos positions seront protégées peu importe ou nous finissons par travailler et ce, selon notre séniorité.

 

6- Tu écris: ‘Nous ne voulons pas supporter cette hypocrisie, et nous ne voulons pas que les mêmes personnes négocient pour le transporteur principal ainsi que pour Rouge. Mais tu refuses d’écouter les membres ayant supporté le syndicat depuis le premier jour.’

Encore une fois, nous sommes un groupe, un syndicat, une unité de négociation, que l’on aime ça ou pas. Je n’étais pas président de la composante lorsque la structure Rouge-Transporteur Principal a été établie. Mon opinion personnelle n’importe pas du tout. J’ai hérité de cette structure, et je suis légalement et professionnellement obligé de la respecter, tout comme le sera n’importe qui d’autre occupant cette position dans l’avenir. Agir autrement serait illégal.

J’écoute les membres tout le temps. Tu devrais voir la quantité de courriels auquel je reponds. Consulter les membres, c’est exactement pourquoi Edith et moi passons du temps dans les centres d’équipage à travers le pays presque tous les mois, à rencontrer directement les membres. C’est pourquoi nous tenons autant de webinaires en direct, et c’est pourquoi nous avons établi un groupe d’ambassadeurs de communication bénévoles. Nous sommes axés sur l’écoute - la véritable écoute - envers les membres, plus que tout autre exécutif de la composante, et de ne jamais dévier de notre mission de représenter tous les membres du mieux de notre possible, peu importe ce qui se passe, peu importe la quantité de travail requise.

Si tu as des doutes à propos de cette réalité, je t’invite à venir passer une journée avec moi au bureau de la composante. Viens voir ce que nous faisons, la quantité de travail que nous faisons pour les membres. Ou viens me voir au centre d’équipage lorsque je fais mes visites aux bases… viens avoir une vraie conversation honnête avec moi.

 

EN TERMINANT…

Je comprends ta frustration (NOM SOUTIRÉ), et je comprends que les choses ne sont pas parfaites - elles ne l’ont jamais été, et ne le seront probablement jamais. Mais les choses s’améliorent pour notre groupe présentement. Nous émergeons d’une longue période sombre et difficile, et commençons finalement à tirer les bénéfices vis-à-vis la sécurité d’emploi, la croissance, les revenus majorés, et d’autres gains importants. Je sais que c’est difficile, mais essaie de ne pas croire tous les potins et toute la manipulation politique qui se retrouve sur Facebook. Il y a TELLEMENT de désinformation, de campagnes politiques déguisées, de rancunes personnelles et d’opinions ignorantes qui s’y propage. Malheureusement, la réalité c’est que le moment que l’on se retrouve dans une position élue au syndicat (particulièrement à la composante), certaines personnes décident automatiquement que l’on est l’ennemi, mettent un cible sur notre dos, et dévouent une quantité ahurissante de temps, d’énergie et de martelage de clavier en essayant de nous discréditer, ainsi que nos collègues et tout le travail que l’on fait, pour une grande variété de motivations mixtes.

Pourquoi? Parfois c’est parce qu’ils ont perdu des élections dans le passé, ou parce qu’ils supportaient quelqu’un d’autre ayant perdu des élections. Parfois c’est parce qu’ils sont fâchés à propos d’un problème au travail et croi
ent que le syndicat doit être responsable, ou peut être qu’ils ont perdu leur confiance envers le syndicat depuis plusieurs années, et ne peuvent oublier cette vieille blessure. Peut-être qu’ils ont été exposés aux rumeurs ou mensonges à propos de leur syndicat, la convention collective ou le processus de négociation et ce, de manière répétitive,  soit sur Facebook ou venant d’un(e) ami(e) convaincant(e) qui ne fait que répéter ce qu’il(elle) même a lu sur les médias sociaux. Et parfois… bien, parfois les gens ne comprennent pas vraiment ce qui se passe vraiment au syndicat, et à quel point ce groupe de collègues travaillants accomplit tellement de choses au nom de nos collègues à tous les jours.

Ironiquement, ne pas comprendre, c’est plutôt comprenable. Notre syndicat est complexe; il y a tellement de personnalités, de dynamiques, de relations, d’histoires, d’ambitions, de situations légales, de conflits internes, d’urgences soudaines et de problèmes de longue date, et TELLEMENT de travail se passe en arrière-scène du syndicat que personne ne verra jamais. Malheureusement, toute cette propagande faussement vertueuse a un véritable effet sur nos membres. Ça démoralise tout en faisant avancer l’ignorance, la division, l’hostilité, le manque de confiance, tout en faisant croire aux membres que le syndicat est quelque chose de mauvais. Et ce ne l’est vraiment pas.

Les gens disent parfois ‘le SCFP’ comme si c’était une chose, une machine, ou une sorte d’entité malveillante. Mais ce n’est pas le cas. Le SCFP, pour nous, c’est avant tout un grand ensemble d’agents de bord et de chefs de cabine d’Air Canada motivés, ayant décidé indépendamment qu’ils voulaient faire plus que tout simplement se plaindre. Des membres d’équipage qui leur importait de s’impliquer, d’apprendre, de contribuer, de se prononcer au nom de notre communauté professionnelle, d’influencer notre milieu de travail, et de faire partie de notre évolution constante.

Et aussi, il y a Facebook. Pour tout le bien que nous apporte Facebook vis-à-vis la mobilisation, le partage d’information et de conseils pratiques, et le développement de notre communauté entre nous, Facebook joue aussi un grand rôle dans le fait que nous semblons être perpétuellement engoués dans une routine d’auto-destruction. Toute ce sale ‘politiquaillage’ est majoré par la réalité que Facebook représente de manière démesurée une minorité d’individus chicaneurs qui sèment la confusion, qui essaient de ternir les efforts de certains, particulièrement lorsqu’un vote est à l’horizon, et surtout lorsqu’il y a nombreux nouveaux électeurs pouvant être manipulés (as-tu remarqué les centaines de nouveaux membres parmi nous, collègues enthousiastes n’ayant probablement jamais été exposés à l’énorme quantité de négativité qui domine Facebook?). Les débats et différences d’opinion sont une bonne chose, mais une majorité des commentaires désobligeants et trompeurs que tu peux lire en ligne lors de ces périodes ne peut être incluse dans ce qualificatif.

Ceci est d’autant plus mélangeant étant donné le fait qu’un très petit groupe d’élus d’une section locale de notre syndicat est souvent responsable des campagnes de peur et de dénigrement que l’on voit sur le web, ce qui porte nos membres à confusion lorsqu’ils essaient de séparer les faits de la fiction, et de décider comment se positionner vis-à-vis cet irresponsable concours de popularité électronique. Je n’aime pas particulièrement attirer l’attention sur cette réalité, car ces actions sont tout simplement impropres venant de la part d’officiers syndicaux, et à chaque fois que ceci se produit, je ressens une certaine honte dû au fait que notre système semble incapable de s’auto-gérer.

Malheureusement, les élections pour la composante et pour les sections locales auront lieu dans quelques mois, alors il faut s’attendre à voir de plus en plus de ce genre d’agissement, peu importe le nombre de fois que j’encourage les gens d’agir honorablement, de se respecter les uns les autres. Je l’avoue - c’est épuisant. Ce n’est pas un jeu que j’aime particulièrement jouer.

De toute évidence, la vaste majorité silencieuse de membres posés, raisonnables, intelligents et bienveillants évitent de plonger dans la boue la plus sale que l’on retrouve souvent sur certains forums électroniques. Les gens me disent tout le temps à quel point Facebook est maintenant terrible, et comment ils ne peuvent endurer ce qui se trouve sur ces forums, particulièrement lors de périodes ‘politiques’. Je ne les blame vraiment pas.

Alors c’est ça, c’est tout ce que je peux dire à ce sujet pour maintenant. Encore une fois, merci d’avoir pris le temps de m’écrire. Je m’excuse beaucoup pour la longueur textuelle de cette réplique, mais je me devais de tout t’expliquer. Alors si tu t’es rendu jusqu’ici, merci pour ta ténacité. J’espère sincèrement que je pourrai discuter à propos de tout ceci en personne avec toi un jour.

Solidairement,

Michel

PS: Malgré ce que l’avertissement à la fin de ce courriel mentionne, svp sens-toi absolument libre de partager cette réponse courriel avec tes collègues - oui, même sur les médias sociaux, ou autrement. Tu peux même emmener une version imprimée de ceci à bord de tes vols et inviter les gens de lire ma réponse si tu veux bien.

 

———

 

Réplique du membre, 4 octobre, 2016

Bonjour Michel. Merci beaucoup pour avoir pris le temps de m’envoyer un courriel si complet et explicatif concernant Rouge. Tu as bien raison lorsque tu dis que nombreux membres ne comprennent pas le role du syndicat vis-à-vis la représentation de Rouge. Je suis certainement l’un d’entre eux. Tu as fait un excellent travail en me clarifiant ceci. Et pour Facebook, moi, personnellement je n’ai jamais accédé à ce site web. Ma désinformation vient seulement de discussions avec d’autres agents de bord. Il est frustrant de voir certaines de nos destinations préférées allant vers Rouge ex: Athènes. Ceci dit, je vais mettre ma confiance en toi de continuer de protéger la sécurité d’emploi au transporteur principal. Je vais faire confiance en ton expertise et ton expérience pour protéger les vols et la croissance d’emploi au transporteur principal. Ma suggestion serait que tu envoies le même courriel que tu viens de m’envoyer à tous les agents de bord au transporteur principal. Je pense que ça aiderait tous, et ça serait apprécié par tous. C’est très positif et informatif et j’aimerais te remercier beaucoup pour avoir pris le temps de le composer et de me l’envoyer. SVP continue ton bon travail et merci pour ta patience et ta générosité.

Cliquez IÇI pour une version de ce bulletin que vous pouvez imprimer ou télécharger.