Mise à jour sur la réouverture des négociations

Ce bulletin est une mise à jour supplémentaire pour vous tenir au courant de l'évolution de notre processus de négociation " réouverture 2022 ".

Plus tôt dans le processus de réouverture, la Société a présenté une proposition visant à modifier le libellé du champ d'application relatif aux avions exploités par Air Canada Rouge. Plus tard en octobre, le syndicat a déposé une contre-proposition à ce sujet, acceptant partiellement cette modification, mais incluant également une augmentation salariale générale pour tenir compte des augmentations du coût de la vie et de l'élimination du gel des salaires subis par nos membres qui ont participé à la transition.

Nous avons rencontré l'employeur le 7 novembre 2022, où il a présenté une réponse à notre dernière proposition. La réponse de l'employeur consistait à proposer une prolongation de deux ans de notre convention collective de 10 ans en échange d'une petite somme forfaitaire versée lors de la ratification et d'augmentations salariales minimes en 2025 et 2026 seulement. Notre contre-proposition était raisonnable, et nous n'avons pas vu la même chose en retour avec une proposition de prolongation d'une convention collective déjà longue.

Le coût de la vie continue d'être une préoccupation très réelle et difficile pour tous nos membres.  Nous l'avons exprimé clairement et la réponse reçue de l'employeur n'est tout simplement pas acceptable pour nous.  Afin d'être rémunérés équitablement, nous ne devrions pas avoir à attendre des années avant d'obtenir une augmentation de salaire.  Une aide immédiate est nécessaire.

Nous sommes également préoccupés par le système de transfert et le gel des salaires.  Le concept selon lequel nos membres travaillent les uns à côté des autres et gagnent un salaire différent est quelque chose qui doit changer.

Nous avons écouté le raisonnement de l'entreprise et avons ensuite discuté longuement.  Nous sommes arrivés à la conclusion que 2025 est à nos portes et que nous ne pouvons pas retarder notre droit fondamental à une négociation collective complète. Il y a tellement d'améliorations à apporter et ce sera le moment pour nous de nous unir et de travailler vers un objectif collectif, à savoir de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail et de nouvelles avancées en matière de programmation. Il n'y a aucun intérêt de notre part à envisager une quelconque prolongation de contrat.

Compte tenu de tout ce qui s'est passé et de la distance qui nous sépare, nous sommes arrivés à la décision commune qu'il ne sera pas possible de parvenir à un accord négocié. Nous allons passer à l'étape suivante du processus de réouverture en passant à la médiation.  Le syndicat et la compagnie vont maintenant s'efforcer de trouver un accord avec l'aide d'un médiateur tiers. Nous invitons la société à présenter une offre plus raisonnable lors de la médiation. Nous fournirons d'autres mises à jour dès qu'un médiateur et des dates de médiation seront décidés.

Solidairement,

Votre conseil exécutif de la Composante