Le point sur le Coronavirus 46

NOTE : Ce bulletin s'applique à TOUS les membres, l'exploitation principale et Rouge

Alors que les gouvernements sont contraints de prendre des décisions difficiles afin de préserver les réseaux de santé fragiles et de protéger les citoyens vulnérables, l'entreprise a probablement profité de la période des fêtes pour réfléchir à ce qu'elle devait faire. Jusqu'à présent, nous n'avons vu aucune direction ni aucune voie claire à suivre.

Les masques se sont toujours avérés être une mesure cruciale de protection contre le COVID-19, en particulier la variante omicron, beaucoup plus infectieuse, quel que soit le débit d'air. Nos membres ont déposé des centaines de rapports soulignant comment le service est la première cause de démasquage des passagers à bord, et comment les niveaux actuels présentent un danger.

Le syndicat doit souligner la profonde désillusion et le sentiment d'abandon que ses membres expriment à l'égard de leur employeur. Il semble que les préoccupations et les supplications de la ligne de front tombent dans le vide.

Nous pensons que l'entreprise devrait montrer l'exemple et prouver qu'elle est une entreprise citoyenne responsable en réduisant les procédures qui encouragent les comportements à risque. À nos yeux, elle semble impuissante et incapable de faire face à la pandémie et de prendre les mesures appropriées. Malgré ce que certains peuvent penser, la pandémie n'est pas terminée. Elle est là et se propage comme une traînée de poudre parmi les membres et la société à tous les niveaux. Nous ne disons pas cela pour susciter la peur ou perpétuer la désinformation. C'est un fait.

En juin 2020, nous avons clairement fait savoir à la société que pour mieux naviguer dans la pandémie, elle devait rester agile et disposer d'un plan B au cas où les circonstances changeraient soudainement. Nous nous retrouvons ici maintenant, sans leadership clair de la part des dirigeants de l'entreprise.  Une direction qui, jusqu'à la nouvelle année, semblait croire que la pandémie pouvait être évitée et oubliée grâce à un écran de fumée composé de linge, de produits et de promotions sans fin.

L'entreprise affirme sans cesse que ses clients veulent du service et qu'elle doit être compétitive pour être pertinente. Nos membres et tous les employés vivent dans les communautés qui alimentent les activités de l'entreprise. Nous connaissons leurs clients aussi bien qu'ils sont nos frères, nos sœurs, nos amis et nos connaissances. Nous pouvons affirmer que ce qu'ils veulent réellement, c'est savoir que leur santé et leur sécurité sont protégées, et qu'ils peuvent voyager d'un endroit à l'autre en étant le moins possible exposés au virus COVID-19.  Cela est particulièrement vrai dans le climat actuel de l'Omicron.

L'atout et l'argument de vente numéro un d'Air Canada a toujours été et doit continuer d'être la sécurité. De nombreux autres transporteurs canadiens ont réduit leur service à bord avant ou pendant les vacances (Air North, Calm Air, Air Transat, Sunwing, PAL).

Dans cette optique, le syndicat demande à la compagnie d'apporter les changements suivants, qui entrent en vigueur immédiatement :

  • Eau en bouteille et trousses de cleancare ainsi qu'une collation en sac uniquement sur les vols de moins de 2,5 heures.
  • Plateau complet et eau en bouteille/boissons en canette uniquement en classe Premium sur les vols nord-américains de plus de 2,5 heures et sur les vols internationaux avec signature.
  • Service de canettes/boissons en bouteille uniquement en classe économique en Amérique du Nord sur les vols de plus de 2,5 heures et internationaux.
  • Suppression du deuxième service bistrot en Amérique du Nord, et réduction à trois options seulement pour accélérer le service.
  • Suppression du service en milieu de vol et avant l'atterrissage sur tous les vols, sauf les ultra-long-courriers.
  • Service d'eau deux fois par vol avec de l'eau en bouteille sur les vols outre-mer et long-courriers. Aucun service d'eau sur les vols intérieurs.
  • Suppression des boissons alcoolisées dans toutes les classes.

En conclusion, la compagnie se réfère continuellement à ses évaluations des risques pour justifier le service. Dans le cadre de votre droit à l'information, il convient de préciser que nous pensons que le personnel de sécurité et les experts médicaux de la compagnie sont supplantés par les représentants de la prestation de services et du marketing. Ce n'est pas une façon d'évaluer, et encore moins d'atténuer le risque du COVID-19 et de le faire de manière significative. Cela ne fait que susciter des préoccupations plus documentées de la part du syndicat concernant le processus d'évaluation des risques de l'entreprise.

La diversité de notre population signifie que les familles sont dispersées dans le monde entier. Après deux ans de cette pandémie, les gens veulent voyager, et ils veulent le faire en toute sécurité. Nos membres sont là pour eux et chaque jour de travail, ils se mettent en première ligne. Nous demandons aux dirigeants de la compagnie de comprendre réellement les réalités à bord.  S'ils peuvent continuer à affirmer que rien ne doit changer, nous controns cette affirmation en termes très clairs. Afin de protéger l'ensemble des voyageurs, leurs importants clients et, surtout, leurs précieux employés, le changement doit intervenir, et il doit être rapide. Il n'y a pas de place pour l'inaction.  Pour conclure, nous vous laissons avec les mots de Dale Carnegie.

"L'inaction engendre le doute et la peur. L'action engendre la confiance et le courage."

Solidairement,