Rencontre avec le ministre des Transports Omar Alghabra

Hier après-midi, la vice-présidente de la composante, Theresa Mitchell, la secrétaire-trésorière de la Division des compagnies aériennes, Rena Kisfalvi, et moi-même avons eu le plaisir de rencontrer l’honorable ministre des Transports Omar Alghabra. Cette réunion a eu lieu à notre demande afin que nous puissions discuter des nombreuses questions auxquelles nous sommes actuellement confrontés dans le secteur des transports.

Nous avons discuté d’une multitude de sujets qui ont été abordés depuis le début de la pandémie.  Voici quelques-uns des points clés que nous avons soulevés :

1. La consultation et le fait que nous devons être consultés sur la réouverture des frontières et la reprise économique, en plus d’un programme d’aide à l’industrie qui sera transmis aux compagnies aériennes en général.

2. Il y a actuellement des dizaines de milliers de chômeurs dans cette industrie au Canada. Tout programme d’aide doit donner la priorité aux travailleurs, et en particulier au financement de l’éducation et de la formation, afin d’aider les gens à se soutenir et à retourner sur le marché du travail. Soixante et un pour cent des membres de notre division aérienne interrogés ont dit qu’ils seraient prêts à passer à une autre ligne de travail pour aider à faire face à la pandémie. Chacun d’entre vous est hautement qualifié, formé en premiers soins et en tant que premier répondant et souvent multilingue.  Nous avons insisté sur la nécessité du gouvernement de reconnaître et d’utiliser cela comme un avantage.

3. La SSUC a de nouveau été soulevée, et nous avons en outre affirmé que ce système est brisé. Air Canada ne l’a pas utilisé, Air Canada Rouge ne l’a pas utilisé et nous estimons certainement que tous les travailleurs auraient dû obtenir une aide gouvernementale égale. Tout programme d’aide devrait obliger les compagnies aériennes à utiliser la SSUC.  Chaque employé canadien des compagnies aériennes devrait avoir les mêmes chances d’obtenir l’aide gouvernementale qui est disponible.  Nous ne devrions pas être forcés d’obtenir de l’assurance-emploi, tandis que d’autres bénéficient de la SSUC et de certains des nombreux avantages qui l’accompagnent.

4. L’acquisition d’Air Transat et le manque de transparence.

5. Les vaccins ont été soulignés comme quelque chose à quoi nos membres doivent avoir accès, et ce dès MAINTENANT.  Vous ne pouvez pas travailler de la maison, vous ne pouvez pas pratiquer la distanciation physique au travail, et vous entrez en contact avec des dizaines, sinon des centaines, de personnes par jour dans l’exercice de vos fonctions. Le syndicat croit fermement que le personnel de cabine correspond à toutes les qualifications fédérales en matière d’immunisation précoce et qu’il devrait être priorisé en conséquence.  Nous devons tous pouvoir retourner au travail en toute sécurité pour que l’économie et les frontières puissent rouvrir en toute sécurité.

Le ministre a été très humble, réceptif et favorable. Il est apparu sincère lorsqu’il a reconnu la contribution de chaque membre dans ces moments difficiles.  Il s’agit d’un travail en cours, et après un an de silence sous l’ancien ministre des Transports, d’un premier pas énorme.

Nous attendons avec intérêt un dialogue plus ouvert au sujet de toute aide financière au secteur, de l’amélioration des programmes d’aide fédéraux ou de la réouverture des frontières.  Nous avons fait comprendre au ministre l’impact négatif et de grande portée ressenti par nos membres.  Nous sommes très heureux que le ministre prenne le temps d’écouter et qu’il continue de veiller à ce que votre gouvernement entende ce que nous avons à dire et à faire une différence significative.

Solidairement,

Wesley Lesosky
Président, Composante d’Air Canada du SCFP