Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Comme vous le savez peut-être, aujourd'hui marque la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. En juin, le gouvernement fédéral a adopté une loi visant à reconnaître le 30 septembre comme un jour férié, ce qui en fait un jour de congé payé pour les employés fédéraux et le personnel des lieux de travail sous réglementation fédérale.

Entre les années 1880 et 1990, le gouvernement canadien a retiré de force au moins 150 000 enfants autochtones de leur foyer et les a envoyés dans des pensionnats conçus pour les séparer de leur culture et les assimiler aux manières occidentales - un système qu'une Commission nationale de vérité et de réconciliation a appelé le "génocide culturel" en 2008. Dans les écoles, dont 70 % étaient gérées par l'Église catholique, les abus et la violence sexuelle, physique et émotionnelle étaient communs.

Depuis ce temps, de nombreuses tombes anonymes contenant les restes humains d'enfants autochtones ont été découvertes sur les sites des anciens pensionnats indiens canadiens dans plusieurs provinces. La Commission nationale de vérité et de réconciliation a estimé qu'environ 4 100 enfants ont disparu de ces pensionnats, mais un ancien juge autochtone qui a dirigé la commission, Murray Sinclair, a déclaré dans un courriel qu’il pensait désormais que le nombre était « bien supérieur à 10 000 ».

Ces découvertes sont un sinistre rappel des siècles de discrimination, d'abus et d'injustice auxquels les peuples autochtones ont été confrontés et auxquels ils continuent de faire face aujourd'hui.

Rendons hommage à la communauté autochtone en prenant le temps d'apprendre, de réfléchir et de reconnaître le préjudice intergénérationnel que ces pensionnats leur ont causé, et soyons solidaires des survivants et de leurs familles. Les objectifs de cette journée seront en partie d'éduquer le public canadien sur la souffrance des survivants. Si cet objectif éducatif est atteint avec succès, il modifiera la façon dont les Canadiens pensent à leur culture et à leur histoire, remettant en question leur identité en tant que membres d'une communauté. Une telle transformation, selon beaucoup, est le premier pas vers la réconciliation entre les deux communautés.

Pour ceux d'entre vous qui souhaitent en savoir plus sur les efforts déployés envers la vérité et la réconciliation, vous pouvez trouver les appels à l'action résultant du travail extrêmement important de la Commission de vérité et réconciliation en cliquant ICI.

En toute solidarité,

Votre comité de la diversité de la Composante