Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes au Canada

Cette année encore, au Canada, nous célébrons la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes. Nous prendrons le temps de nous souvenir des 14 innocents qui ont été assassinés parce qu'ils étaient des femmes. Cela s'est produit à l'École Polytechnique de Montréal le 6 décembre 1989.

Cet acte odieux a mis les dangers de la misogynie violente au premier plan de la conscience canadienne.  Qu'il s'agisse d'une misogynie ouverte ou subtile, elle ne peut être tolérée.  Nous devons nous souvenir du prix élevé payé par ces femmes et leurs proches.

Les Nations Unies ont identifié une "pandémie fantôme" qui souligne le fait que depuis l'apparition du COVID-19, tous les types de violence à l'égard des femmes et des filles, en particulier la violence domestique, se sont intensifiés.

https://www.unwomen.org/fr/news/in-focus/in-focus-gender-equality-in-covid-19-response/violence-against-women-during-covid-19

Nous sommes unis et nous nous souvenons des quatorze femmes qui ont été tuées le 6 décembre 1989 :

Geneviève Bergeron
Hélène Colgan
Nathalie Croteau
Barbara Daigneault
Anne-Marie Edward
Maud Haviernick
Barbara Klucznik-Widajewicz
Maryse Laganière
Maryse Leclair
Anne-Marie Lemay
Sonia Pelletier
Michèle Richard
Annie St-Arneault
Annie Turcotte

Qu'ils reposent en paix et que nous prenions tous des engagements forts pour soutenir et ne pas oublier notre histoire. Nous pouvons faire de petits et grands changements dans nos vies et sensibiliser les gens. Certains de ces changements peuvent consister à élever nos filles pour qu'elles n'acceptent que le respect, à élever nos fils pour qu'ils respectent les femmes et les filles et à contester les actions misogynes dans nos vies et au-delà. Si nous pouvons tous nous engager et travailler ensemble pour faire du monde un endroit plus sûr pour les femmes et les filles, nous mettrons notre chagrin et notre souvenir en action et nous aurons alors vraiment fait la différence.

Solidairement,