Votre lettre à Freeland - Mise à jour SSUC 😔 😦 😠

Le communiqué de presse suivant a été publié ce matin:
Air Canada se pousse avec l’argent du fédéral, laissant en plan des milliers de travailleurs, selon le SCFP

Le syndicat qui représente les 9000 agents de bord d’Air Canada affirme que le transporteur aérien empoche la subvention salariale fédérale afin d’améliorer son bilan, en laissant en plan des milliers d’employés.

Le 13 janvier, Air Canada a annoncé 1400 mises à pied supplémentaires, dont 700 agents de bord actifs de sa ligne principale et 100 autres chez Air Canada Rouge. Ils sont membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), tout comme des milliers d’autres agents de bord mis à pied depuis le début de la pandémie en mars 2020.

Depuis des mois, le syndicat soutient que les membres mis à pied devraient recevoir la subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), comme le veut l’objectif du programme. Malheureusement, Air Canada se prévaudra du programme de subvention salariale seulement pour les employés encore en service actif, soit une fraction de l’effectif réel de la compagnie.

« On a créé la SSUC pour que les travailleurs puissent retrouver un emploi lorsque l’économie rebondira. Pourquoi Air Canada refuse-t-elle l’argent qu’on lui offre pour aider les travailleurs qui ont bâti l’entreprise à conserver leur emploi ? Et pourquoi le gouvernement autorise-t-il Air Canada à empocher l’argent de la subvention pour améliorer son bilan, alors qu’elle laisse ses employés en plan ? », a demandé le président de la composante Air Canada du SCFP, Wesley Lesosky.

Air Canada est la seule grande compagnie aérienne canadienne à refuser l’accès à la SSUC à sa main-d’œuvre en disponibilité. WestJet, Air Transat et Sunwing adhèrent au programme de subvention salariale depuis le printemps 2020, car elles savent que c’est la bonne chose à faire pour leurs employés et leurs familles.

« La SSUC existe pour aider les entreprises à éviter les licenciements massifs. Mais Air Canada veut avoir le beurre et l’argent du beurre en empochant la subvention, tout en continuant les licenciements. C’est une mascarade, pure et simple, et le gouvernement fédéral ne fait rien. Pourquoi le gouvernement a-t-il autorisé les grandes entreprises à se prévaloir de cette subvention sans aucune condition pour protéger les travailleurs mis à pied ? », a lancé Wesley Lesosky.

Les travailleurs qui conservent leur emploi grâce à la SSUC conservent aussi leurs avantages sociaux, ce qui est particulièrement important durant une pandémie. La SSUC permet aussi aux employés de travailler périodiquement sans pénalité, ce qui n’est pas possible pour un travailleur mis à pied qui est contraint de demander l’assurance-emploi.

- - - -

Comme vous l’avez peut-être remarqué, nous avons publié aujourd’hui une déclaration demandant au gouvernement de corriger le programme de Subvention salariale d’urgence du Canada (SCAR). Air Canada refuse d’en faire bénéficier la majorité de nos membres qui en ont besoin. Nous encourageons tous les membres, qu’ils soient en service actif ou non, ainsi que leurs proches à envoyer un message à la ministre fédéral des Finances, Chrystia Freeland, et à leur député fédéral pour leur dire qu’il est temps de corriger la SSUC pour le bénéfice de tous les travailleurs canadiens.  Vous pouvez utiliser le modèle ci-dessous et l’envoyer à la ministre Freeland (Chrystia.Freeland@parl.gc.ca). Quant à l’adresse courriel de votre député, vous la trouverez ici. Veuillez mettre votre syndicat en copie conforme (contact@accomponent.ca), car nous voulons nous assurer d’être entendus !

Nous travaillons à améliorer la SSUC depuis juin, mais l’entreprise, le gouvernement et les députés fédéraux ne nous écoutent pas. Il est donc temps de faire monter la pression. Votre voix compte et elle doit être entendue.

N’hésitez pas à personnaliser ce modèle pour l’adapter à votre situation et illustrer à quel point vous avez été profondément affecté. S’il vous plaît, faites-le circuler et aidez un ami à l’utiliser. Notre voix porte grâce à la force du nombre.

***

[ MODÈLE DE MESSAGE ]

 

Madame la ministre Freeland,

Je suis agent(e) de bord chez Air Canada. Je vous écris pour vous exhorter à corriger immédiatement le programme de Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), afin que les grands employeurs comme le mien ne puissent plus le manipuler pour améliorer leur bilan. Ce faisant, ils laissent en plan des milliers de travailleurs.

Comme vous le savez, la SSUC est conçue pour que les entreprises puissent éviter les licenciements massifs en raison de la COVID-19. Faisant fi de l’objectif du programme, Air Canada prend tout l’argent qu’on lui offre et licencie quand même quatre agents de bord sur cinq.

Air Canada est la seule grande compagnie aérienne canadienne à refuser l’accès à la SSUC à sa main-d’œuvre inactive. Depuis le printemps 2020, WestJet, Air Transat et Sunwing font bénéficier leurs employés en congé forcé de cette subvention. Elles savent que c’est la bonne chose à faire pour leurs employés et leurs familles.

Conserver un lien d’emploi en attendant la fin de la pandémie permet aux travailleurs comme moi de continuer à toucher leurs avantages sociaux. Cela me permet aussi de travailler à l’occasion sans pénalité. En outre, cela signifie qu’une fois que tout sera fini, je pourrai retourner à mon travail de professionnel hautement qualifié de la sécurité en vol dans un secteur où l’expertise et l’expérience en matière de sécurité sont primordiales et appréciées.

Veuillez dire à Air Canada d’arrêter d’abuser de cette subvention et de pénaliser ses travailleurs. Il est temps de poser les gestes qui s’imposent.

En toute sincérité,

[ INSCRIRE VOTRE NOM ICI ]

***

Solidairement,
Wesley Lesosky
Président, Composante d’Air Canada du SCFP